Refus de sépulture pour cause de religion en 1741 et relaps.

1685, date de la Révocation de l’Edit de Nantes marque la fin d’une époque. Les renseignements transmis à Louis XIV l’on convaincu que tous ses sujets se sont convertis et ont abandonnés la RPR (religion prétendue réformée). La réalité est tout autre en particulier dans le pays Mellois, petit coin du Poitou. Ainsi en 1741, François POUPINOT fils, se voit refuser le droit sépulture pour son père François POUPINOT, voici comment.

L’histoire.

François Poupinot père, « attaqué par une grosse fluxion » (de poitrine) fin mars 1741, mourut le 31 mars « au soleil couchant ». Le matin du premier avril, son fils alla voir le curé de sa paroisse de Chail (79), absent ce jour là et remplacé par le curé Cameau, ancien prieur. Ce curé leur dit de « l’enterrer où ils voulaient », ce que le fils prit pour un refus.

Aujourd’hui 1 avril 1741 sur les 8 heures du matin, a comparu devant nous Hilaire Collin, conseiller du roi, président, lieutenant particulier et juge magistrat du siège royal de la ville et ressort de Melle, François Poupinot laboureur, fils de François Poupinot garde-étalon demeurant à Miséré paroisse de Chail de notre juridiction, lequel nous a dit que le dit François Poupinot aurait été attaqué il y a 8 ou 10 jours d’une grosse fluxion dont il est mort le jour d’hier, environ le soleil couchant; que ce matin il aurait été chez monsieur le prieur de Chail, leur curé, pour le prier de lui donner la sépulture ecclésiastique; où étant et parlant au dit sieur Cameau ancien prieur du dit Chail, le nouveau curé étant absent; lequel dit sieur Cameau leur aurait dit que ce n’est plus ses affaires; que si cela était il lui dirait ce qu’il fallait faire; mais qu’il n’aurait qu’en l’enterrer où ils voudraient. Lequel dire, ledit Poupinot a pris pour un refus, ce qui qu’il nous a requis de nous transporter au dit lieu de Miséré, pour constater la mort dudit François Poupinot l’aîné, et d’en dresser procès verbal….

Il faut dire que l’ancien prieur connaissait bien cette famille POUPINOT. Ils habitaient depuis plusieurs générations la ferme de Miséré dans la paroisse, ils étaient laboureurs ou garde-étalons. Déjà la sépulture du grand-père Moïse avait posé problème.

Miseré 79500 CHAIL, carte de l’état-major (1820-1866) Géoportail.

Moïse Poupinot avait bien abjuré la religion protestante à Chail en 1681. En 1695. Le prieur de Chail enterre une « brave catholique », Louise MARBEUF l’épouse de Moyse. La famille semble rentrée dans le rang.

Ce 24 mars j’ay enterré céans Louise Marbeuf femme de Moyse Poupinot nouvelle catholique âgée de 50 ans ayant donné des marques de brave catholique en présence de plusieurs témoins qui ont déclarés ne savoir signer.
prieur de Chail. AD 79 CHAIL BMS 1680.1699 (vue 59)
 Moyse Poupinot décéda en 1703 et malgré son abjuration et sa conversion en 1681, c’est une autre histoire.
Le huitième jour de février 1703 Moyse POUPINOT huguenot âgé de 71 ans mort sans vouloir recevoir les sacrements de l’église a été enterré au cimetière dans la sépulture de ses ancêtres par les gens de sa famille sur le refus que j’ai fait de lui appliquer les prières et les cérémonies de l’église catholique en présence de Jacques Poupinot son fils métayer de la Renaudière de Chail et de Jean Poupinot son petit fils qui ont signés et plusieurs autres qui ont déclaré ne savoir signer.
F.M. Savary prêtre de Chail.
AD 79 Chail BMS 1700.1702 vue 22

Moyse Poupinot a refusé les sacrements de l’église, mais a néanmoins eu l’autorisation d’être inhumé dans « la sépulture de ses ancêtres », signe d’ouverture du curé, mais après avoir refusé de lui appliquer les prières et les cérémonies catholiques.

Le fils de Moyse, François avait abjuré en 1680, à Maisonnay quelques jours avant son mariage avec Marie Aubouin. Il était le fils aîné de Moyse, devenu garde-étalon à Miséré paroisse de Chail. C’est de lui dont il s’agit  quand en 1741, son fils aîné François 59 ans souhaite enterrer son père dans « la sépulture de ses ancêtres », ce qui lui est refusé.

Pierre-Auguste Vafflard, Young et sa fille; musée d’Angoulême.

Extrême- onction et relaps.

En effet depuis 1685, il n’y a plus de registres protestants. Pour combler le vide juridique ils sont tenus de déclarer les naissances, mariages et sépultures au curé qui les consigne alors dans les registres catholiques de la paroisse. Nombreux sont ceux qui refusent le sacrement catholique de l’extrême-onction et déclarent vouloir mourir dans la religion protestante, ce qui est considéré comme un crime de relaps. C’est un terme par lequel l’autorité religieuse désigne une personne retombée dans ce quelle considère une hérésie après y avoir solennellement  renoncé.

11 décembre 1685, une déclaration spécifie que les deux plus proches parents du défunts -ou à défaut les deux voisins les plus immédiats- devait notifier le décès au juge royal ou au juge seigneurial et signer le registre tenu à cet effet par lesdits juges.

Mais les dispositions prises contre les relaps font que ces mesures sont peu respectées. En effet, en Avril 1686, Louis XIV déclare que seront punis de galère pour les hommes et de prison pour les femmes ceux qui guérissent après avoir refusé l’extrême-onction. En cas de mort, le cadavre sera traîné sur la claie, jeté à la voirie et leurs biens confisqués. Ce qui explique que les registres de décès protestants sont rares.

13 décembre 1698, déclaration encadrant encore plus sévèrement les nouveaux convertis; Certains nouveaux convertis trouvent alors des ruses pour échapper à l’extrême-onction, comme la déclaration de mort subite.

Quel recours avait les huguenots?

Louis XV rédigea une lettre circulaire le 9 avril 1736, dans laquelle il expliqua dans le détail les règles de tenue des BMS et en particulier la sépulture des protestants.

Art. XII.

Les corps de ceux qui auront été trouvez morts avec des signes ou indices de mort violente, ou autres circonstances qui donnent lieu de le soupçonner, ne pourront être inhumez qu’en conséquence d’une Ordonnance du Lieutenant criminel, ou autre premier Officier au criminel, rendue sur les conclusions de nos Procureurs, ou de ceux des Hauts-Justiciers, après avoir fait les procédures, et pris les instructions qu’il appartiendra à ce sujet ;  toutes les circonstances ou observations qui pourront servir à indiquer, ou à désigner l’état de ceux qui seront ainsi décédés,  de celui où leurs corps morts auront été trouvez, seront insérées dans les Procès-verbaux qui en seront dressez ; desquels Procès-verbaux, ensemble de l’Ordonnance dont ils auront été suivis, la minute sera déposée au Greffe, & ladite Ordonnance sera datée dans l’Acte de sépulture, qui sera écrit sur les deux registres de la Paroisse, ainsi qu’il est prescrit ci-dessus, à l’effet d’y avoir recours quand besoin sera

Art. XIII.

Ne seront pareillement inhumes ceux auxquels la sépulture Ecclésiastique ne sera pas accordée, qu’en vertu d’une Ordonnance du Juge de Police des lieux, rendue sur les conclusions de notre Procureur, ou de celui des Hauts-Justiciers ; dans laquelle Ordonnance sera fait mention du jour du décès, & du nom & qualité de la personne décédée. Et sera fait au Greffe un registre des Ordonnances qui seront données audit cas, sur lequel il sera délivré des extraits aux Parties intéressées, en payant au greffier le salaire porté par l’article XIX, ci après.
Fin de l’histoire.

C’est cet article XIII qui explique la démarche de François POUPINOT pour faire enregistrer de décès de son père François en 1741.

En conséquence nous sommes avec maître Jacques Nicollas, conseiller du roi, son procureur audit siège transporté audit lieu de Miséré ayant avant nous maître Elie François Minot, notre greffier ordinaire et en chemin faisant nous aurions rencontré le sieur curé dudit Chail auquel nous aurions déclaré le sujet de notre voyage, lequel nous aurait dit que la dame de la Groix lui a dit qu’elle a fait tout ce qu’elle a pu pour engager le dit Poupinot père de se reconnaître et de mourir dans la religion catholique, ce qu’il n’a voulu entendre, et que lui ayant fait demander de la part dudit François Poupinot fils de leur accorder de faire enterrer le dit Poupinot dans leur jardin, il leur aurait fait réponse qu’ils l’enterrassent s’ils voulaient dans un fossé; que s’ils l’enterraient dans le cimetière, il le ferait desenterrer et traîner sur la claie
…. En conséquence de la déclaration du roi de l’année 1736, sur ce ouï , et du consentement dudit procureur du roi, avons permis au dit Poupinot d’enterrer le dit cadavre ou bon lui semblera….
Etant au dit Miséré, environ l’heure de midi, les jours et ans que ci-dessus.
signatures..
En cas de refus de sépulture par l’église et en application de l’article XIII du 9 avril 1736, une ordonnance du juge de police est intervenu pour faire faire l’inhumation et « il était fait registre au greffe des ordonnances données dans ce cas ».

Moise Poupinot (1632-1703), son épouse Louise Marbeuf (1645-1695), François Poupinot et Marie Aubouin font parti de mes ancêtres. Le François Poupinot déclarant dans cette histoire est le frère de mon aïeule Marie Poupinot (1699-) qui avait épousée Jean Baivin (Besvin, Bévin) en 1721. Ils sont les ascendants de Jacques PROUST 1829-1863 lui aussi garde-étalon protestant.

 

Publicités

Ligne de vie et ascendance INGRAND.

L’idée d’utiliser la ligne de vie d’un ancêtre m’avait séduite, jusqu’à ce que je constate que l’assistant de recherche fourni par le logiciel hérédis me suffisait. Elle me donnait la chronologie d’un individu avec les différentes étapes de sa vie, tout en permettant de visualiser l’état des recherche. J’utilise donc cette ligne de vie autrement;  comme  outil de comparaison entre deux individus ou encore deux couples. L’idée s’impose en face de l’ascendance de Madeleine Ingrand (Sosa 151, génération 8) née on ne sait où et décédée à Vouillé le 18 décembre 1817.

Mariage au Desert, Gravure de Samuel Bastide, http://www.museeprotestant.org/0000002343l/

Madeleine Ingrand épouse Jean Ingrand le 12 octobre 1778. Le mariage est célébré par le pasteur Gobinaud et inscrit sur les registres d’une commune indéterminée. L’époux, Jean est le fils de Jean Ingrand et Marie Marché demeurant au bourg de Fressines (79) et l’épouse Madeleine est la fille de Jean Ingrand et Marie Suire demeurant à Montaillon paroisse de Mougon (79).

Une recherche rapide sur geneanet donne une seule réponse en plusieurs exemplaires sur le premier couple Ingrand-Marché, mais plusieurs réponses différentes sur le deuxième Ingrand-Suire.

Un couple Ingrand-Suire vit à St Martin de St Maixent, s’est marié en 1710, eut au moins 11 enfants, voire 16. Ils sont donnés comme les parents probables de Madeleine Ingrand. Des détails me titillent, il y a des incohérences. C’est ce qui m’a décidé à faire une ligne de vie ou plutôt deux de ce couple Ingrand-Suire. L’estimation de l’âge la deuxième Marie Suire est calculé par rapport à la naissance des enfants.

Jean Ingrand
Marie Suire
Jean Ingrand
Sosa 302
Marie Suire
Sosa 303
naissance
avant 1690
24.3.1689
St Martin St Maixent
?
?
estimation vers 1720
mariage
9.9.1710 St Martin de St Maixent           avec
………
?
enfants
Françoise 8.9.1711 Saivres
Marie       6.10.1713 St Martin St Maixent
Michel      28.8.1715 St Martin St Maixent
Louise      9.10.1717 St Martin St Maixent
Jean        5.6.1721   St Martin St Maixent
Madeleine 5.8.1722  St Martin St Maixent
Pierre      23.11.1723 St Martin St Maixent
René       10.12.1724 St Martin ST Maixent
Jeanne    1726
Jeanne    29.5.1727 St Martin St Maixent
Marguerite 1729      St Martin St Maixent
Madeleine vers 1744 ?
Sosa 151
Daniel vers 1747 ?
Marie 1.1.1751 Ste Blandine
Pierre 3.4.1753 Ste Blandine
Jeanne 6.4.1757 Ste Blandine
mariage des enfants
Marie 27.7.1734         St Martin  St Maixent
Louise 26.9.1742        St Martin St Maixent
Françoise 28.7.1746   St Martin St Maixent
Jean    11.7.1747       Saivres
René   23.10.1759     St Maxire
Madeleine 12.7.1762 St Martin St Maixent
Marguerite 27.9.1762 St Martin St Maixent
Madeleine 11.10.1778 C.indéterminée
Daniel 15.1.1787 C. indéterminée
Marie 27.10.1781 St Romans les Melle
Pierre 9.6.1789 C.indéterminée
décès
avant juillet 1762
avant sept 1762
avant 1778 ?
?

Mis en tableau, il est évident que se sont des couples homonymes, et si le premier est bien connu, il reste beaucoup à rechercher sur le deuxième.

Le Jean Ingrand de St Maixent serait lui meunier, fils d’Abel, meunier,décédé à St Martin de St Maixent et de Louise Gascon . Marie Suire, sa femme née le 24 mars 1699 à St Martin de St Maixent, de Pierre Suire boulanger et de Marie Dubois. Elle avait 22 ans à la naissance de son premier enfant et 39 ans à la naissance du dernier en 1729 et ne peut donc pas avoir eu d’enfant de 1744 à 1757. Si l’aînée naquit à Saivres, les autres sont nés à St Martin. Ils eurent 4 fils et 7 filles. L’aîné des garçons est né en 1715, le deuxième Jean né en 1721 fut boulanger, le troisième Pierre est né en 1723, René le quatrième né en 1724, farinier. Parmi les filles, Marie épouse Jacques Mochon meunier, en 1734 et Louise épouse Jean Mochon meunier en 1742. L’ascendance et la descendance sont donc clairement dans la meunerie entre St Martin de St Maixent et Saivres

Le Jean Ingrand de Ste Blandine (Sosa 302, génération 9) serait maréchal, de même que ses fils Daniel à Ste Blandine et Pierre à Verrines sous Celles. Son mariage avec Marie SUIRE est introuvable et devrait se situer vers 1744, leurs ascendances inconnues, leurs décès sont également introuvables, ce qui peut s’expliquer par leur religion protestante.

Jean Ingrand et Madeleine INGRAND eurent une fille unique, Marie Madeleine née en 1780, ce qui est prouvé par la déclaration des non catholiques faite par Jean Ingrand à Sainte Blandine le 29 décembre 1788, déclaration de mariage et de naissance faite le même jour.

La seule solution pour le couple Ingrand-Suire consisterait à rechercher aux Archives Départementales le contrat de mariage établit en 1778 par le notaire Boisseau à Melle, ou encore rechercher un testament ….

Piet Mondrian, Boogie-Woogie, 1942, Museum of Modern Art New York.

 

La ligne de vie comparée a au moins permis de déterminer qu’il s’agit bien de deux couples homonymes.

 

Comment Marie Madeleine INGRAND me fait-elle tourner en rond?

Depuis bientôt trois mois j’arpente les archives des Deux-Sèvres à la poursuite de l’ascendance Moreau. Cette recherche est maintenant orientée vers Marie GIRARD, la mère de Pierre MOREAU, instituteur, direction Sosa 37, génération 6, née en l’an XIII à Aiffres (79) et décédée à La Crèche en 1866. Cette ascendance est pour le moins compliquée, une famille INGRAND y apparaît des deux cotés, sans que je puisse les rapprocher et tout cela dans le périmètre étroit de Beaussais, Thorigné, Sainte Blandine et Fressines, aux environs de Celles-sur-Belle (79).

 

Carte Cassini, Thorigné, Sta Blandine 79

L’aventure commence avec les parents de Marie Girard et un acte de mariage, celui de Jean Girard avec de Marie Madeleine INGRAND le 27 fructidor an 10 (14.9.1802) à Thorigné (79).

Jean GIRARD né le 21 du mois de mai 1780 est le fils de François Girard et de Michelle Vincent domicilié à Thorigné département des Deux-Sèvres
Marie Madeleine INGRAND née le 22 septembre 1780 domiciliée à Tauché commune de Sainte Blandine département susdit.
AD 79 Thorigné naissances, mariages décès: 1793-an X (vue 225)

La grand-mère de l’époux Jean Girard a pour nom Elisabeth Ingrand.

Du coté de l’épouse, Marie Madeleine Ingrand, même après plusieurs relectures, je n’ai pas vu mention de ses parents. Étaient ils décédés? simplement consentants non présents? il ne reste que la date de naissance et la piste des témoins:

Daniel Girard âgé de 24 ans frère de l’époux domicilié à Thorigné, François Girard âgé de30 ans frère de l’époux domicilié à Thorigné, Daniel Ingrand oncle de l’épouse, âgé de 50 ans domicilié à Ste Blandine, François Vinatier 29 ans beau frère domicilié à Thorigné département susdit.
AD 79 Thorigné naissances, mariages décès: 1793-an X (vue 225)

La date de naissance le 22 septembre 1780 est la première piste, mais ne donne rien ni à Sainte Blandine ni aux alentours. Il reste les registres protestants. C’est dans les registres de la commune indéterminée, BMS 1775-1791 tout en bas de la page, un peu rogné par le temps que je trouve ce qui pourrait être son acte de baptême.

Je soussigné certifie que le 24 de septembre 1780 j’ai batisé Marie Madeleine fille légitime de Jean Ingrand et de Marie Madeleine Ingrand demeurant à Saumon paroisse de Ste Blandine né le 22 de l’an susdit, présentée au baptême par Pierre et Marie Ingrand. Les témoins sont Pierre et Jacques ….
Pasteur Gobinaud
Commune indéterminée, BMS protestants, 1775-1791 (vue 69)
 J’admet donc cette hypothèse, la date concorde, le lieu aussi.Jean Ingrand et Madeleine Ingrand sont manifestement protestants, je recherche donc leur mariage dans le même registre jusqu’en 1778:
je soussigné certifie et atteste que le 12 octobre 1778 j’ai béni après la publication des promesses et bans sans opposition le mariage de Jean Ingrand, fils de Jean Ingrand et de Marie Marché demeurant au bourg et paroisse de Fressines d’une part avec Madeleine Ingrand fille de Jean et Marie Suire demeurant à Montaillon paroisse de Mougon d’autres part. Les témoins sont Jean Bonnet Jacques Pairaud, Jean et Pierre Ingrand qui ont promis de signer le registre de l’église
pasteur Gobinaud
AD 79 commune indéterminée-BMS protestants:1775-1791 (vue 39)
 Les INGRAND apparaissent ici deux fois. Les parents sont bien identifiés. Le premier couple est bien « connu » sur geneanet.
1. Ascendance du marié.
Jean Ingrand né à Beaussais en 1698, épouse à 35 ans Marie Marché née en 1709 à Sainte Blandine. Jean Ingrand est apparemment leur seul fils né en 1735 à Ste Blandine. Jacques Ingrand, son frère et Elie Sabourin son beau-frère époux de Marie Ingrand sont les témoins du mariage.
Si on remonte encore cette branche Ingrand, Jean Ingrand né en 1698 serait le fils de Abel ou Elie Ingrand, bottier, né vers 1654, mari d’Elisabeth Gadeau qu’il a épousé en 1686 à Beaussais.
2. Ascendance de la mariée.
Madeleine Ingrand fille de Jean et Marie Suire, l’ascendance parait simple puisqu’il y a un couple qui a vécu à St Martin de St Maixent et eut plus de 16 enfants, mais c’est tout simplement impossible comme je vous l’expliquerai dans le prochain épisode Ingrand.
Et si j’ajoute qu’il y a une Elisabeth Ingrand (parents inconnus), née vers 1700, épouse d’un maréchal Charles Girard arrière grand-mère de Marie Girard (voir au début), vous comprendrez mon désarroi et pourquoi je tourne en rond depuis trois mois….malgré une base de données de nommés INGRAND qui s’allonge….s’allonge…..
Soit j’efface tout et je passe à autre chose, j’en suis incapable, soit je continue….
Cela vous arrive-t-il de rester bloqué sur une recherche sans avancer, ni reculer? Comment en sortez vous?

Kandinski, Olympe.

 

 

 

Le Drame de Grand Ry, 22 février 1688

C’est un triste anniversaire qui toucha profondément la communauté protestante en 1688. Depuis début février de la même année, malgré l’interdiction de religion et de rassemblement, des protestants avaient fait le choix de se retrouver « dans un logis de campagne nommé Grand-Ry qui était fort éloigné des papistes, Ce logis appartenait à des gentilshommes de la Religion, qui avaient tout abandonné pour se retirer dans les pays de liberté. Il y avait là un fermier nommé ROUSSEAU, aussi de la Religion. On prit donc la résolution de s’assembler dans la cour de ce logis, qui était close tout alentour de hautes murailles. »  Des bruits avaient courus, les dragons allaient venir, les dragons allaient intervenir, mais rien n’y fit, la tentation de se retrouver pour prier, la frustration des dernières années depuis la révocation, la volonté de montrer que la communauté protestante était bien vivante….jusqu’à ce jour funeste.

Depuis la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685, les temples étaient démolis, les pasteurs traqués ou même mis à mort, les assemblées interdites et depuis l’ordonnance royale du 12 juillet 1688, les organisateurs de telles manifestations étaient soit mis à mort (prédicants et pasteurs),soit envoyés aux galères pour les hommes, en prison pour les femmes.

Dans les régions où les protestants sont nombreux, la résistance est publique. D’abord ils s’abstiennent massivement d’aller à la messe lorsque les dragons s’éloignent. Surtout, ils convoquent des assemblées secrètes dans des lieux écartés, le plus souvent de nuit, pour le « prêche » et éventuellement la cène. Contrairement aux premières assemblées, il n’y a plus de pasteurs pour les présider puisqu’ils ont dû ou fuir ou abjurer. Ce sont donc des laïcs qui convoquent et conduisent les assemblées : les prédicants.
Musée virtuel du Protestantisme.

Le choix pour ces assemblées avait alors été de les faire dans la campagne dans des endroits choisis pour se défendre.

desert-protestant

Le Désert : assemblée de protestants à Lecques près de Nîmes © S.H.P.F.

Le Grand Ry est situé dans la commune d’Aigonnay, au nord du canton de Celles-sur-Belle, en Moyen Poitou, entre Thorigné et Prailles. Dès 1572, il y eut un pasteur du nom de Novel, dont l’activité fut à l’origine d’une forte implantation protestante dans le pays mellois.

desert-mariage

Mariage au Désert, gravure de Samuel Bastide © Musée du Désert

En ce jour de février, il dut y avoir un grand remue-ménage dans le pays. On dit que l’assemblée était formée de 7 à 800 peut être même 1800 protestants. Leur arrivée n’a pas du passer inaperçue. Elle n’est pas passée inaperçue non plus des papistes ni des dragons. On peut même y voir une forme de provocation. Plusieurs assemblées étaient prévues ce même jour autour de Saint Maixent. L’intendant Foucault, présent ce jour là pris la tête de ses troupes. Ils encerclèrent et fondirent sur l’assemblée la plus proche, celle du Grand Ry, un pré entouré d’un ruisseau et d’une haie, gardée par 10 hommes armés, qui tirèrent sur un lieutenant et 10 dragons envoyés en reconnaissance. Les dragons tirèrent alors sur les protestants, « comme sur une nuée de pigeons ».

desert-surprise

L’assemblée est surprise, gravure de Samuel Bastide © Musée du Désert

D’après plusieurs témoignages il y eut 6 morts sur le champ, de noms inconnus.

Selon des témoignages, 200 personnes furent arrêtées, mises sous bonne garde dans une grange pour la nuit jusqu’au matin, où curés et seigneurs vinrent pour demander la libération de certaines de leurs ouailles. l’intendant Foucault envoya son rapport circonstancié à Louvois le lendemain 23 février. Il en fut hautement félicité car le roi précisait «qu’on ordonne aux dragons de tuer la plus grande partie des coreligionnaires qu’ils pourraient joindre sans épargner les femmes».

Le lendemain lundi 23 février 1688, il y eut un semblant de jugement. Trois hommes périrent sur l’échafaud à Saint Maixent.

Thomas Marché, maréchal-ferrant de Thorigné, lecteur et prédicant, fut pendu le 23 février 1688.

Jacques Guérin, de Sainte Blandine lecteur et prédicant, fut pendu à Saint Maixent le 23 février 1688.

Pierre Rousseau, le fermier de Granry qui avait mis ses terres à disposition de l’assemblée,pendu également.

L’intendant Foucault fait état dans ses mémoires de 6 autres pendus, 31 envoyés aux galères perpétuelles et deux femmes condamnées au fouet. Parmi les 31, 29 hommes ont été identifiés. Ils avaient entre 20 et 61 ans, ils étaient laboureurs, journaliers, maréchal, charpentier ou encore valet de meunier.

Enchaînés, ils partirent le 7 mars pour Poitiers,  transférés à Tours ils firent une quarantaine de jours de marche pour atteindre Marseille le 7 juin. Un certain André Moreau de 24 ans est décédé, un Abraham Nocquet d’Aigonnay décédera après 3 ans de galères. Trois hommes ont fait 25 ans de galères, cinq autres furent déportés en Amérique, plutôt les Antilles.

desert-grand-ry

Plaque commémorant l’assemblée du Désert au Grand-Ry (Deux-Sèvres) surprise par les dragons en 1688. © Musée du Poitou protestant

En 1951, une plaque commémorant ce site du souvenir porte l’inscription;

EN CE LIEU

SPÉCIALEMENT DE 1688 A 1706

SE RÉUNIRENT

DES ASSEMBLÉES DU DÉSERT

L’UNE D’ELLES FUT SURPRISE

LE 22 FÉVRIER 1688

IL Y EUT 200 PRISONNIERS

31 CONDAMNES AUX GALÈRES

ET 15 MARTYRS

EN SOUVENIR DE CEUX QUI

NOUS ONT PERMIS DE PRIER

DIEU EN PAIX AUJOURD’HUI

LA SOCIÉTÉ DE L’HISTOIRE

DU PROTESTANTISME FRANÇAIS 1951.

L’affaire fit grand bruit, de Marseille jusqu’à Versailles. Louis XIV fut il l’instrument aveugle de ces barbaries? Les jésuites de Poitiers écrivait au père Lachaise qu’on « réduisait par des voies douces et efficaces les nouveaux convertis à leurs devoirs ». Celui ci répondait que le roi prenait un singulier plaisir à l’entendre…..

BIBLIOGRAPHIE:

Elisabeth et Guy Vidal.

Le Musée du Désert.

le Musée virtuel du Protestantisme.

«Mémoires de N.J.Foucault, intendant du Poitou» dans « Documents inédits sur l’Histoire de France » Paris 1862 p.219 –

Maurice Pezet: «L’épopée des camisards» Seghers 1987 p.233 –

«Journal de Jean Mignault, maitre d’école 1681»

Beauchet-Filleau. Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou. Poitiers : Oudin, 1891.

 

Que savons nous des protestants après la Révocation de 1685.

Didier POTON, professeur à l’université de La Rochelle, spécialiste de l’histoire des protestants français a donné une conférence le 4 décembre 2016, à La Couarde (79) au centre Jean Rivierre sur ce thème: Récits de fuite des protestants poitevins et charentais après la révocation. A la suite de cette conférence l’intérêt et la curiosité encore plus aiguisés, j’ai recherché sur « la toile », d’autres histoires et voila ce que j’ai trouvé.

conference-poton-protestant

 

Des chiffres.

La révocation de l’Edit de Nantes en 1685 a changé le paysage français. Certains ont abjurés leur foi, d’autres ont continué en grand secret, mais certains ont trouvé cela insupportable et ont choisi la fuite.

1685, en plein règne de Louis XIV, le royaume de France compte alors 19 millions d’habitants dont environ 800 000 huguenots. 200 000 prendront le chemin de l’exil sur 30 ans. , ils fuient le royaume avec leur capital, mais aussi avec leurs compétences qui dictent en partie leur destination; Berlin, Amsterdam (les imprimeries), Londres, Bristol (industrie de laine, du chapeau).

Les poitevins partaient principalement du port le plus proche, La Rochelle, ville historiquement protestante. Dans un premier temps, ils espéraient revenir, récupérer leurs biens et croyaient en la clémence du roi. Puis, certains, ne trouvant pas de travail, partaient encore plus loin autour du bassin atlantique, quelques fois pour ne jamais revenir.

Vocabulaire;

L’exode des huguenots français vers les pays protestants afin d’échapper aux persécutions est un événement capital, qui s’étale pendant un siècle. On distingue;

le « Premier Refuge » à partir des années 1560, avec un maximum après la Saint-Barthélemy, les fugitifs partent alors pour Genève, l’Angleterre ou les Provinces Unies.

premier-refuge2-250x250-1467119185

Premier Refuge huguenot au XVIe siècle © Musée Virtuel du Protestantisme

Puis « le Grand Refuge » qui suit la révocation de l’Édit de Nantes. » Chaque crise, la prise de La Rochelle (1573), les « dragonnades » dans le Poitou en 1681, entraîne une nouvelle vague de départs, le pic étant après la révocation de l’Edit de Nantes en 1685, une autre vague après l’échec de la guerre des Camisards (1702.1704), puis une vague après la mort de Louis XIV (1715) , la Régence n’ayant rien changé à la législation ni à la répression.

refuge-proche-apres-1685

Les refuges proches des protestants français après la Révocation © Musée du Désert

« Aux trois pays du premier refuge, s’ajoute l’Allemagne, en particulier l’électorat de Brandebourg (la future Prusse) et celui de Hesse-Cassel, qui attirèrent l’excès de réfugiés de passage en Hollande et surtout en Suisse et Genève. On note des départs pour les pays scandinaves et même la Russie. Les épopées vers le Cap de Bonne-Espérance et vers les colonies anglaises du Nouveau Monde ont souvent été décrites. »

Et nos ancêtres me direz-vous. Ils sont manifestement restés en France, …puisque nous sommes Français…. Des frères ou sœurs ou encore des cousins ont pu partir , mais les récits parvenus jusqu’à nous sont peu nombreux comme nous l’a expliqué le professeur D. POTON. Alors certains chercheurs historiens comme Michelle MAGDELEINE, sont allés plus loin.

A lire, à écouter, à visiter.

1. Une base de données du refuge huguenot crée par Michelle MAGDELAINE, chercheur à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC – CNRS); La base de données rassemble des informations sur les huguenots et les vaudois fugitifs en provenance du royaume de France et du duché de Savoie.

Michelle Magdeleine est une historienne  dont le but a été de reconstituer la première génération du Refuge entre 1685 et la fin du siècle. Les édits d’accueil des princes allemands et les déclarations des souverains britanniques sont connus, leurs motivations économiques ou politiques sont différentes et l’aide peut prendre des formes variées en fonction du pays d’accueil. Tout dépend aussi du nombre de réfugiés entrant dans le pays. La Suisse par exemple fut vite submergée, malgré sa volonté de secourir les réfugiés.

magdeleine-huguenots

Le refuge huguenot, exil et accueil par Michelle Magdelaine chercheur CNRS

Des huguenots fugitifs furent réduits à l’indigence et furent alors assistés par le gouvernement dans certains états, par le magistrat de certaines villes ou encore par les églises wallonnes ou françaises. d’autres étaient accueillis en Hollande.

Ce sont ces documents qui ont été recensés.

Ces réfugiés fondèrent de véritables colonies et tissèrent des liens familiaux, mais aussi commerciaux et religieux. Une colonie de rochelais protestants était connue dans un quartier de Londres (assistance à l’Eglise de Londres, Threadneedle Street. Ces réfugiés sont alors inscrits sur les registres, ainsi pour l’année 1686 ,Manuscrit 64 .

2. Le Musée Rochelais d’Histoire Protestante nous raconte dans quel état d’esprit étaient ces protestants en fuite.

« Pour nombre de protestants, tant en France qu’à l’étranger, la révocation de l’édit de Nantes correspond à un moment fondateur sur le plan identitaire, comme l’est la période dit de la Réforme au XVIe siècle. La répression, bien souvent présentée comme aveugle et meurtrière, a contribué à forger un fort sentiment d’appartenance communautaire, au-delà des origines sociales, qui transcende les frontières nationales. Avec l’un de ses corollaires, le Refuge, elle constitue par définition le moment atlantique de l’histoire huguenote. Les protestants de la Normandie à la Guyenne surtout ont certes toujours été présents sur la scène américaine. Mais, au moment de la Révocation, l’exode envoie sur les routes des milliers de huguenots, nobles, bourgeois et petites gens, partis en quête d’une terre d’accueil et qui finissent par s’installer tout autour du bassin atlantique, de Londres à Cap Town, en passant par New-York et Dublin, sans oublier les Antilles néerlandaises ou danoises. Ces réfugiés, 70 000 peut-être (sur un total d’environ 200 000 départs), fondèrent ainsi de véritables communautés dans les îles Britanniques, dans les Treize colonies, en Afrique du Sud ou dans les Provinces-Unies, qui tissèrent ou scellèrent d’étroits liens commerciaux, familiaux et religieux trans-Manche et transatlantique. Ils mirent en œuvre de véritables stratégies sociales pour faciliter et renforcer leur intégration dans les territoires d’accueil, tout au moins ceux qui appartenaient au monde des élites économiques et financières, car il reste encore à conduire bien des travaux sur les petites gens. Le Refuge, qui est à tort le plus souvent étudié comme un phénomène exclusivement continental, donna ainsi naissance à un espace – voire à une communauté, née d’une mémoire partagée atlantique huguenot(e) inséré(e) dans l’Atlantique anglo-néerlandais dont Londres fut le centre de gravité. Pour les uns (ceux qui sont restés et leurs descendants), c’est certes l’esprit de résistance à l’oppression qui est glorifié, pour les autres (ceux qui partent et leurs descendants), c’est la liberté religieuse retrouvée grâce à l’exil, lui-même souvent associé à un nouveau départ. Mais tous rendent hommage à ceux qui ont dû affronter d’une manière ou d’une autre l’intolérance religieuse et la persécution pour conserver leur foi. »

Extrait de « Les Huguenots et l’espace atlantique : aux sources d’un riche patrimoine historique et mémorial », de M. Augeron, D. Poton et B. Van Ruymbeke, Les Hugunots et l’Atlantique, Paris, pups, 2009

les-huguenots-et-latlantique

3. Wikipédia et le Musée virtuel du Protestantisme.

Le Nouveau Monde a été une terre de refuge  pour preuve de cet exil, on peut citer la ville de New La Rochelle. La « Nouvelle-Rochelle « est une ville de la banlieue nord de New York, située dans le comté de Westchester. La ville fut fondée en 1688, par ces réfugiés huguenots, fuyant les persécutions de France. Beaucoup de ces huguenots étaient des commerçants issus d’un milieu assez bourgeois et originaires de La Rochelle. Cette  colonie française a continué à accueillir des réfugiés huguenots jusqu’à 1760. Son nom témoigne de l’importance de la ville de La Rochelle dans sa fondation. » 33 familles sont à l’origine de la communauté de la New-Rochelle. Un monument en reprenant les noms se dresse dans l’Hudson Park, point de débarquement des Huguenots en 1688.

4.  Sur France culture, dans « les Hommes aux semelles de vent », deux émissions diffusées en août 2016,  nous parlent , des Terres Huguenotes. par Mickael Augeron, enseignant chercheur à l’université de la Rochelle, et nous rappellent cet exode massif; le Refuge Huguenot.

Les textes lus au cours de l’émission sont librement adaptés de l’autobiographie de Jacques Fontaine arrivé a Bristol en 1685 intitulée Mémoires d’une famille huguenote victime de la révocation de l’édit de Nantes, co-éditée en 1992 par Max Chaleil et les Presses du Languedoc.

A réécouter.

5. Il existe des cas particuliers, comme Isaac de Beausobre né le 8 mars 1659 à Niort (79) et mort à Berlin le le 5 juin 1738. Il s’enfuit à Rotterdam (novembre 1685), avant de gagner Berlin en 1693 où il fut pasteur de l’église française, chapelain du roi, membre de l’Académie royale des sciences de Prusse et écrivit entre autre, Histoire critique de Manichée et du Manichéisme (1734).

J’ai trouvé à lire, à regarder, à visiter, souhaitant vous inspirer, cette liste n’étant pas exhaustive bien évidemment.