Que savons nous des protestants après la Révocation de 1685.

Didier POTON, professeur à l’université de La Rochelle, spécialiste de l’histoire des protestants français a donné une conférence le 4 décembre 2016, à La Couarde (79) au centre Jean Rivierre sur ce thème: Récits de fuite des protestants poitevins et charentais après la révocation. A la suite de cette conférence l’intérêt et la curiosité encore plus aiguisés, j’ai recherché sur « la toile », d’autres histoires et voila ce que j’ai trouvé.

conference-poton-protestant

 

Des chiffres.

La révocation de l’Edit de Nantes en 1685 a changé le paysage français. Certains ont abjurés leur foi, d’autres ont continué en grand secret, mais certains ont trouvé cela insupportable et ont choisi la fuite.

1685, en plein règne de Louis XIV, le royaume de France compte alors 19 millions d’habitants dont environ 800 000 huguenots. 200 000 prendront le chemin de l’exil sur 30 ans. , ils fuient le royaume avec leur capital, mais aussi avec leurs compétences qui dictent en partie leur destination; Berlin, Amsterdam (les imprimeries), Londres, Bristol (industrie de laine, du chapeau).

Les poitevins partaient principalement du port le plus proche, La Rochelle, ville historiquement protestante. Dans un premier temps, ils espéraient revenir, récupérer leurs biens et croyaient en la clémence du roi. Puis, certains, ne trouvant pas de travail, partaient encore plus loin autour du bassin atlantique, quelques fois pour ne jamais revenir.

Vocabulaire;

L’exode des huguenots français vers les pays protestants afin d’échapper aux persécutions est un événement capital, qui s’étale pendant un siècle. On distingue;

le « Premier Refuge » à partir des années 1560, avec un maximum après la Saint-Barthélemy, les fugitifs partent alors pour Genève, l’Angleterre ou les Provinces Unies.

premier-refuge2-250x250-1467119185

Premier Refuge huguenot au XVIe siècle © Musée Virtuel du Protestantisme

Puis « le Grand Refuge » qui suit la révocation de l’Édit de Nantes. » Chaque crise, la prise de La Rochelle (1573), les « dragonnades » dans le Poitou en 1681, entraîne une nouvelle vague de départs, le pic étant après la révocation de l’Edit de Nantes en 1685, une autre vague après l’échec de la guerre des Camisards (1702.1704), puis une vague après la mort de Louis XIV (1715) , la Régence n’ayant rien changé à la législation ni à la répression.

refuge-proche-apres-1685

Les refuges proches des protestants français après la Révocation © Musée du Désert

« Aux trois pays du premier refuge, s’ajoute l’Allemagne, en particulier l’électorat de Brandebourg (la future Prusse) et celui de Hesse-Cassel, qui attirèrent l’excès de réfugiés de passage en Hollande et surtout en Suisse et Genève. On note des départs pour les pays scandinaves et même la Russie. Les épopées vers le Cap de Bonne-Espérance et vers les colonies anglaises du Nouveau Monde ont souvent été décrites. »

Et nos ancêtres me direz-vous. Ils sont manifestement restés en France, …puisque nous sommes Français…. Des frères ou sœurs ou encore des cousins ont pu partir , mais les récits parvenus jusqu’à nous sont peu nombreux comme nous l’a expliqué le professeur D. POTON. Alors certains chercheurs historiens comme Michelle MAGDELEINE, sont allés plus loin.

A lire, à écouter, à visiter.

1. Une base de données du refuge huguenot crée par Michelle MAGDELAINE, chercheur à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (IHMC – CNRS); La base de données rassemble des informations sur les huguenots et les vaudois fugitifs en provenance du royaume de France et du duché de Savoie.

Michelle Magdeleine est une historienne  dont le but a été de reconstituer la première génération du Refuge entre 1685 et la fin du siècle. Les édits d’accueil des princes allemands et les déclarations des souverains britanniques sont connus, leurs motivations économiques ou politiques sont différentes et l’aide peut prendre des formes variées en fonction du pays d’accueil. Tout dépend aussi du nombre de réfugiés entrant dans le pays. La Suisse par exemple fut vite submergée, malgré sa volonté de secourir les réfugiés.

magdeleine-huguenots

Le refuge huguenot, exil et accueil par Michelle Magdelaine chercheur CNRS

Des huguenots fugitifs furent réduits à l’indigence et furent alors assistés par le gouvernement dans certains états, par le magistrat de certaines villes ou encore par les églises wallonnes ou françaises. d’autres étaient accueillis en Hollande.

Ce sont ces documents qui ont été recensés.

Ces réfugiés fondèrent de véritables colonies et tissèrent des liens familiaux, mais aussi commerciaux et religieux. Une colonie de rochelais protestants était connue dans un quartier de Londres (assistance à l’Eglise de Londres, Threadneedle Street. Ces réfugiés sont alors inscrits sur les registres, ainsi pour l’année 1686 ,Manuscrit 64 .

2. Le Musée Rochelais d’Histoire Protestante nous raconte dans quel état d’esprit étaient ces protestants en fuite.

« Pour nombre de protestants, tant en France qu’à l’étranger, la révocation de l’édit de Nantes correspond à un moment fondateur sur le plan identitaire, comme l’est la période dit de la Réforme au XVIe siècle. La répression, bien souvent présentée comme aveugle et meurtrière, a contribué à forger un fort sentiment d’appartenance communautaire, au-delà des origines sociales, qui transcende les frontières nationales. Avec l’un de ses corollaires, le Refuge, elle constitue par définition le moment atlantique de l’histoire huguenote. Les protestants de la Normandie à la Guyenne surtout ont certes toujours été présents sur la scène américaine. Mais, au moment de la Révocation, l’exode envoie sur les routes des milliers de huguenots, nobles, bourgeois et petites gens, partis en quête d’une terre d’accueil et qui finissent par s’installer tout autour du bassin atlantique, de Londres à Cap Town, en passant par New-York et Dublin, sans oublier les Antilles néerlandaises ou danoises. Ces réfugiés, 70 000 peut-être (sur un total d’environ 200 000 départs), fondèrent ainsi de véritables communautés dans les îles Britanniques, dans les Treize colonies, en Afrique du Sud ou dans les Provinces-Unies, qui tissèrent ou scellèrent d’étroits liens commerciaux, familiaux et religieux trans-Manche et transatlantique. Ils mirent en œuvre de véritables stratégies sociales pour faciliter et renforcer leur intégration dans les territoires d’accueil, tout au moins ceux qui appartenaient au monde des élites économiques et financières, car il reste encore à conduire bien des travaux sur les petites gens. Le Refuge, qui est à tort le plus souvent étudié comme un phénomène exclusivement continental, donna ainsi naissance à un espace – voire à une communauté, née d’une mémoire partagée atlantique huguenot(e) inséré(e) dans l’Atlantique anglo-néerlandais dont Londres fut le centre de gravité. Pour les uns (ceux qui sont restés et leurs descendants), c’est certes l’esprit de résistance à l’oppression qui est glorifié, pour les autres (ceux qui partent et leurs descendants), c’est la liberté religieuse retrouvée grâce à l’exil, lui-même souvent associé à un nouveau départ. Mais tous rendent hommage à ceux qui ont dû affronter d’une manière ou d’une autre l’intolérance religieuse et la persécution pour conserver leur foi. »

Extrait de « Les Huguenots et l’espace atlantique : aux sources d’un riche patrimoine historique et mémorial », de M. Augeron, D. Poton et B. Van Ruymbeke, Les Hugunots et l’Atlantique, Paris, pups, 2009

les-huguenots-et-latlantique

3. Wikipédia et le Musée virtuel du Protestantisme.

Le Nouveau Monde a été une terre de refuge  pour preuve de cet exil, on peut citer la ville de New La Rochelle. La « Nouvelle-Rochelle « est une ville de la banlieue nord de New York, située dans le comté de Westchester. La ville fut fondée en 1688, par ces réfugiés huguenots, fuyant les persécutions de France. Beaucoup de ces huguenots étaient des commerçants issus d’un milieu assez bourgeois et originaires de La Rochelle. Cette  colonie française a continué à accueillir des réfugiés huguenots jusqu’à 1760. Son nom témoigne de l’importance de la ville de La Rochelle dans sa fondation. » 33 familles sont à l’origine de la communauté de la New-Rochelle. Un monument en reprenant les noms se dresse dans l’Hudson Park, point de débarquement des Huguenots en 1688.

4.  Sur France culture, dans « les Hommes aux semelles de vent », deux émissions diffusées en août 2016,  nous parlent , des Terres Huguenotes. par Mickael Augeron, enseignant chercheur à l’université de la Rochelle, et nous rappellent cet exode massif; le Refuge Huguenot.

Les textes lus au cours de l’émission sont librement adaptés de l’autobiographie de Jacques Fontaine arrivé a Bristol en 1685 intitulée Mémoires d’une famille huguenote victime de la révocation de l’édit de Nantes, co-éditée en 1992 par Max Chaleil et les Presses du Languedoc.

A réécouter.

5. Il existe des cas particuliers, comme Isaac de Beausobre né le 8 mars 1659 à Niort (79) et mort à Berlin le le 5 juin 1738. Il s’enfuit à Rotterdam (novembre 1685), avant de gagner Berlin en 1693 où il fut pasteur de l’église française, chapelain du roi, membre de l’Académie royale des sciences de Prusse et écrivit entre autre, Histoire critique de Manichée et du Manichéisme (1734).

J’ai trouvé à lire, à regarder, à visiter, souhaitant vous inspirer, cette liste n’étant pas exhaustive bien évidemment.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s