Mes arrières grands-mères, les sœurs Salmon de Pressy.

Mes arrières grands-mères s’appelaient Elise et Marine Salmon. Je ne les ai pas connues, mais j’ai cherché à leur rendre hommage à travers les tableaux d’un « peintre de la ruralité »  Julien Dupré (1851.1910), inspiré par la campagne picarde de Saint-Quentin et Nauroy. Ils m’ont permis de mettre des images sur des mots quelques fois bien « secs » des Archives.
julien-dupre.-la-vache-blanche-v.-1890-

Julien Dupré, la vache blanche.1890

Marie Claire, Elise et Marine étaient trois sœurs nées à Pressy (62).  Leur mère Cécile Eléonore Boyaval avait épousé à 21 ans Clément Salmon, cultivateur,  de 5 ans son aîné, précialquais de naissance, comme elle et leurs ancêtres. Elle mit au monde six enfants. Seuls trois ont atteint l’âge adulte.
L’aîné, Elie un garçon né « presque » neuf mois après son mariage,   le 12 mai 1859. Ce premier garçon ne vécut  que 7 ans.
Cinq ans après naquit Marie Claire, le 20 juin 1864.
julien dupré vaches

Julien Dupré 1851.1910 retour à la ferme.

 Puis vint Elise Stéphanie Joseph le 20.1.1868, elle vécut 4 mois.
Elise Stéphanie Josèphe,deuxième fille du même prénom est née le 9 avril 1869. Son père Clément Salmon avait alors 37 ans et était maire de Pressy.
Au recensement de 1872, Clément et Henri Salmon les deux frères se partageaient la ferme, avec  Jean Baptiste Boyaval leur beau père, 68 ans et son épouse Sophie Découfour, 67 ans.
Elie Jules Joseph arriva le 10.2.1876 et mourut en 1878 à l’âge de deux ans.
La petite dernière Marine arriva le 12 avril 1879, 10 ans après Elise.
Cécile Éléonore était ménagère.Son travail consistait bien sûr au ménage de la maison, mais dans le nord on employait aussi ce mot pour tout ce gravitait autour de la ferme.
julien dupré les oies

Julien Dupré; les oies.

Elle s’occupait des volailles, de la traite des vaches, allait au marché vendre ses œufs et le  beurre qu’elle fabriquait. Elle éduquait ses trois filles Marie Claire, Elise et Marine à devenir de bonnes « ménagères ».
julien dupré vache réfractaire

Julien Dupré, la vache réfractaire.

 Le 29 juillet 1889, Clément Salmon décède et laisse son épouse veuve à 52 ans, marie Claire  a 25 ans, Elise 20 ans, et Marine 10 ans.
 La ferme était dans la rue centrale de Pressy, la rue du Bas, à côté vivait sa sœur, Lucie Boyaval,et son beau frère Henri Salmon.
julien dupre-porteuses-de-gerbes.jpg 1880

Julien Dupré-porteuses-de-gerbes. 1880

 Le 30 avril 1892, Marie Claire épouse Omer Mellier de Pressy, qui deviendra cheminot.
Le 18 mai 1895, Elise épouse Henry Louis Joseph Lethellier. Elise décède le 24 décembre 1912, laissant trois enfants, Léa à peine 14 ans, Léo 12 ans et le petit dernier né en 1906, Gabriel 6 ans. Léa s’occupera de ses frères avec l’aide de sa tante Marine.
Le 1er juin 1903, Marine épouse Edouard François Joseph Mellier un frère cadet d’Omer de 14 ans  plus jeune. Elle aura de nombreux enfants dont une fille Juliette, son deuxième enfant née en 1907.
Gabriel Lethellier épousera Juliette Mellier, mes grands-parents maternels étaient cousins germains comme vous l’aurez compris.
Elise (1869.1912) et Marine (1879.1957) sont mes deux arrières grands-mères maternelles.
julien dupré la fenaison

Julien Dupré, la fenaison.

Publicités

9 réflexions sur “Mes arrières grands-mères, les sœurs Salmon de Pressy.

  1. Bonjour Nelly,
    Je ne connaissais pas ce peintre, mais j’avoue que ses tableaux sont bien représentatifs de la vie paysanne de l’époque et qu’il rend très bien les gestes effectués.
    Votre article est très beau de ce fait : les illustrations bien adaptées et très touchantes.
    Bravo et merci pour cette lecture,
    Murielle / Girondegenea

    • Julien Dupré est un peintre parisien qui a peint en Picardie pour des raisons familiales. c’est ce que j’ai aimé. De l’avis des intéressés, « c’était bien comme ça que cela se passait ».

  2.  » Le 30 avril 1892, Marie Claire épouse Omer Mellier de Pressy, qui deviendra cheminot ».
    Info: leur premier enfant fut ma mère, Blanche Mellier, née en 1893, qui épousa Marius Baudrey en 1924. Ils ont eu trois enfants, Michel, Monique et moi-même Marc, seul survivant.
    marc@baudrey.fr

    • Je suis enchantée de « faire votre connaissance. » Ecrire un blog est un peu comme jeter des bouteilles à la mer, on espère qu’un jour, quelqu’un va se manifester et dire « nous sommes de la même famille ». Au plaisir de vous lire.

  3. Pingback: Brasserie-malterie Salmon Frères. | Nelly, ancêtre du Poitou

  4. Pingback: 100ème article du blog de Nelly. | Nelly, ancêtre du Poitou

  5. Pingback: Comment écrire un article de blog? mes erreurs. | Nelly, ancêtre du Poitou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s