Milicien au tirement de 1766.

Pierre GELIN né le mercredi 10 janvier 1742 à Chauray (79) est dit milicien le jour où il épousa Marie COURANT le 23 octobre 1770 dans La paroisse de Breloux (la Crèche). Par la suite, sur les actes de baptême de ses enfants puis au moment de son second mariage, il est dit journalier. Il n’est plus question de milicien.

L’an 1770 le 23 du mois d’octobre après les trois publications requises et nécessaires faites par trois dimanche consécutifs aux prônes de nos messes paroissiales sans qu’il soit venu à notre connaissance aucun empêchement ni opposition nous prêtre soussigné avons donné la bénédiction nuptiale à Pierre GELIN fils mineur de feu Jacques GELIN journalier et de Suzanne de l’aumône le dit pierre autorisé de la dite Suzanne De l’aumône du village de Boisragon de cette paroisse et Marie COURANT fille majeur de feu  jean COURANT cardeur et de françoise GIRAULT de ce bourg de Breloux
le présent mariage célébré après que le proparlé en sa qualité de milicien de cette paroisse au tirement 1766 nous a présenté la permission de l’intendant de cette province en date du 28 septembre de cette dite année délivrée à Rennes et signée Blossac en présence et consentement de parents et amis à savoir du coté de l’époux de Suzanne de l’aumône sa mère Jacques GELIN son frère, du coté de l’épouse de Jeanne et Renée GIRAULT ses tantes Pierre BERLOIN sacristain et autres parents et amis qui ont déclarés ne savoir signer sauf les soussignés.
A signé, Pierre Delaumonne
AD 79 La Crèche, BMS 1750-1770 (vue 191)

Ma réflexion est partie de « Milicien au tirement de 1766 » . Que puis-je dire de cet ancêtre;  en 1766 il avait entre 18 et 30 ans n’était pas marié, ni soutien de famille. pas fils aîné de laboureur ni domestique n’était pas handicapé mais apte à porter une arme mesurait plus d’1.62m et avait tiré le billet noir de la milice. Comment je sais tout cela?

Définition de la milice;

Plus simplement appelée « milice provinciale », elle exista de 1688 à 1791. C’était une forme de service militaire obligatoire, dont la levée avait pour but de compléter le recrutement habituel des « armées royales » régulières, en particulier en cas de conflit. Si il n’y avait pas de volontaires, ils étaient désignés par tirage au sort.

Histoire.

En 1688, c’est le marquis de Louvois qui instaura une levée de miliciens provinciaux pour seconder l’armée royale à l’occasion de la guerre de la Ligue de Habsbourg. Les miliciens rentrèrent chez eux en 1697 après la paix de Ryswick.

Il y eut ensuite la guerre de succession d’Espagne (1701.1714).

Une ordonnance royale de 1726, rend la milice permanente avec une nouvelle définition; « avoir toujours sur pied dans l’intérieur du royaume un corps de milice qui, s’exerçant pendant la paix au maniement des armes, sans déranger les travaux qu’exige l’agriculture, ni sortir des provinces, pût être prêt à marcher sur les frontières pour en augmenter les forces dans les besoins les plus pressants de l’État. » Ainsi eurent lieu la guerre de succession de Pologne (1733.1738), guerre de succession d’Autriche (1741.1748), puis la guerre de 7 ans. A la suite de la guerre de 7 ans (1756.1763), la milice fut délaissée.

L’Ordonnance du 25 novembre 1765 précise les règles et redonne vie à la milice.

Choiseul  reconstitue l’effectif en 4 années de 1766 à 1769, par 4 tirages successifs avant que celle-ci soit de nouveau négligée, pour être à nouveau reconstituées de 1775 à 1780.

Dans la pratique;

Depuis 1691, les miliciens sont désignés par tirage au sort parmi les hommes valides de la paroisse. Mais c’est en 1765 que fut établie une liste officielle des exemptions. Elle concerne les soutiens de famille, les domestiques…

Les hommes devaient être âgés de 18 à 40 ans, être propres à manier les armes, mesurer au moins cinq pieds de haut (1.624m). Le miliciable était le plus souvent célibataire, comme on disait « garçon », veuf sans enfants, ni ecclésiastique, ni noble, ni « gens vivant noblement ». Ils étaient donc roturiers.

La durée du service fut portée en 1765 à 6 ans. Le milicien libéré ne pouvait plus être repris pour le service de la milice au delà du terme de son engagement, il recevait un certificat de congé absolu signé par le chef de corps et visé par l’intendant.

Le tirement de 1766 tient donc compte de ces exemptions. Ce jour là à La Crèche(79), il y avait dans le chapeau un billet par miliciable. Les billets étaient blancs sauf un nombre déterminé qui contenaient le terme de « milicien », le billet noir. L’ordonnance de novembre 1765 avait fixé un effectif à 74550 hommes qui ne fut rassemblé qu’au bout de 4 ans. Les levées furent de nouveau interrompues de 1770 à 1774.

L’uniforme fut définitivement réglé par l’ordonnance du 27 novembre 1765; « habit, veste et culotte de drap blanc, avec revers bleus, collets et parements bleus, boutons blancs chapeau bordé d’argent faux ».

Infanterie française, grenadiers, milice.

La dépense de l’armement fut toujours à la charge du roi ainsi que le grand équipement à partir de 1733. Le petit équipement, chapeau, veste, une paire de souliers, une paire de guêtres, deux chemises de toile, un havresac était payé par la paroisse.

Dans les dernières années du règne, Louis XV (1710-1774) voulut conserver une institution qu’il croyait nécessaire pour la défense du pays, mais ne pouvant réformer les inégalités de répartition, l’abus des exemptions, l’incapacité des officiers à organiser la milice, les angoisses de la populations, de demi-mesures en demi-mesures, il ne réforma pas, ne détruisit pas la milice, il « la laissa tomber ».

En 1771, si elle fut conservée, elle changea de nom, le milicien devient le soldat provincial. Depuis la fin de la guerre de 7 ans la milice n’était pas assemblée, Saint Germain voulut même supprimer les exercices périodiques et les régiments provinciaux arguant « que c’était une dépense sans utilité ».

Voila comment je peux dire que Pierre Gelin au moment de son mariage en 1770 était un homme célibataire, entre 18 et 30 ans, roturier, ni infirme ni à charge de famille et qu’il mesurait plus d’1.62m. Il fut milicien à partir de 1766 jusqu’à son mariage en 1770. Compte tenu de la situation de la milice et de sa nouvelle situation de famille, il dut recevoir son certificat de congé absolu deux ans avant la fin.

Pierre Gelin Sosa 166, fut l’aïeul d’Eugène Dairé.

SOURCES;

Les milices et les troupes provinciales

Histoire des milices provinciales 1688-1791: le tirage au sort sous l’ancien régime.

La milice ou les débuts du service militaire sous Louis XIV.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s