Mort pour avoir mangé trop de pain en 1663, à Exireuil (79).

Cette ligne alerta mon attention. Elle est dans le registre d’ Exireuil (AD 79) écrite par le curé de la paroisse, le curé Delacroix en 1663. Cet acte peut être lu comme une anecdote rare, ou on peut imaginer aller plus loin le remettre dans son contexte historique. Il prend alors une autre signification, change le regard qu’on lui a porté, et nous parle d’une crise de subsistance, la crise de l’Avènement.

février 1663
le dimanche 25 du présent mois de février susdit an  décéda Daniel Fournier nommé le Rouge au logis noble de la Chalonnière pour avoir trop mangé de pain gît dans le cimetière de céans
 Curé Delacroix
AD 79 Exireuil, BMS 1662.1678 vue 78

 

Salvador Dali, la corbeille de pain, 1926, Salvador Dali Museum, St. Petersburg (États-Unis)

Le curé Delacroix exerça son sacerdoce à Exireuil depuis environ l’année 1658 jusqu’au moins 1677, date après laquelle les archives ne sont plus en ligne avant 1693.  La transcription de ses actes de baptêmes est très classique. Sur le registre de 1662 à 1678 ( 1MI EC 91 R 276), il y a quelques pages où le curé Delacroix semble s’exprimer avec plus de franchise …Est ce une fin de carrière, ou une époque plus troublée que les autres?.

Nous sommes au début de l’année 1663, le curé de campagne était surement plus proche de ses ouailles que de l’épiscopat,  Louis XIV règne alors et pour tous ces hommes, la vie n’est pas rechercher le bonheur ou une bonne manière de vivre, mais plutôt chercher à survivre, ce qui est particulièrement vrai en cette période entre 1660 et 1663.

Un enfant sur quatre mourrait avant d’avoir atteint ses un an. Certaines années les récoltes étaient calamiteuses, il suffisait d’un printemps pluvieux, d’un été pourri, d’une récolte trop pauvre, suivi d’un hiver trop rigoureux, la famine était assurée.  Une famine toucha la France de 1661 à 1662,  conséquence de l’hiver rigoureux de 1660.  Les pluies continuelles du printemps et de l’été 1662 après de mauvaises récoltes les années précédentes compromettent les récoltes suivantes, font flamber les prix et les paysans souffrent de la faim.

Cette crise toucha toute la France mais plus particulièrement l’ouest du pays, le Val de Loire, le Bassin Parisien, la Normandie. Elle eut lieu juste après la prise de pouvoir absolu par Louis XIV, le 10 mars 1661, et fut nommée pour la circonstance, crise de l’Avènement.

Le pain est la première denrée alimentaire à l’époque, le pain blanc pour les gens des villes et le pain bis pour ceux des campagnes. Toutes les céréales y passaient, le froment,  le seigle, et si on manquait on pouvait y mettre du sarrasin, de la châtaigne, du mais, du millet. Un homme adulte mangeait en moyenne 1.5 kg de pain par jour, les enfants environ une livre, ce qui fait trois ou quatre kilos de pain par jour nécessaires pour une famille de cinq personnes. C’est dire l’importance des récoltes!

Ceux qui voulaient aller vers les villes, moins touchées par la famine étaient refoulés pour éviter les épidémies en appliquant l’adage, « chacun ses pauvres ». On parlait de pourpre à cette époque (rougeole, scarlatine) mais aussi  dysenteries, et de peste en 1662.1663.

Un retour rapide sur les archives départementales d’Exreuil confirme cet état de crise.

naissances
décès
Exireuil 1662
20
49
Exireuil 1663
18
18
Exireuil 1664
26
14
Exireuil 1665
29
5
Exireuil 1666
18
14
Les naissances 1662 et 1663 sont un moins nombreuses qu’en 1664 et 1665, mais c’est surtout la vague de décès de 1662 qui est énorme. 49 décès ont été enregistré par le curé Delacroix  !!! Presque 4 fois plus qu’en 1664 ou encore 1666, sans parler des 4 décès de 1665.

Relire cet acte de décès, avec ces informations, nous donne un autre éclairage, sur un homme, sur le curé, sa paroisse et ses paroissiens.

La relecture de cet acte en février 1663, juste après l’année  où il avait inhumé 49 de ses paroissiens, remis dans son contexte ne donne pas à rire, ni même à sourire. Le curé Delacroix a t’il voulu exprimer son désarroi devant un homme qui avait eu tellement peur de manquer, ou tellement faim, ou le souvenir de la famine de l’année précédente qu’il s’est étouffé avec du pain. Nous ne saurons jamais ce qu’il a voulu dire, mais c’était surement important pour lui pour qu’il le note dans son registre.

Louis Le Nain, Famille de paysans

Avoir été plus loin, remis cet acte dans son contexte , est ce que j’aime en faisant de la généalogie, inscrire la petite histoire dans une histoire plus grande, qui est aussi celle de nos ancêtres, dans ce cas dix ou onze générations avant moi.

 

Advertisements

4 réflexions sur “Mort pour avoir mangé trop de pain en 1663, à Exireuil (79).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s