Lecture, « il faut laisser les cactus dans le placard », Françoise Kerymer.

Une fois n’est pas coutume ou peut être stimulée  par le challenge de Raymond et Sylvie, je viens vous parler d’une lecture d’été;

« Il faut laisser les cactus dans le placard » Françoise Kerymer, édition JC Lattes.

Résumé

Marie, l’aînée, s’abrite dans son bonheur quotidien entre son mari pianiste, sa librairie ancienne à Paris, et ses deux filles. Cérébrale, sérieuse et responsable, elle tente de maintenir l’équilibre familial, au prix de sacrifices personnels qu’elle ne mesure pas elle-même. 
La cadette, Anne, vit en plein vent, « dans les grandes largeurs » et pourtant modestement, au pied de son phare, dans la magnifique petite bourgade bretonne de Port Manech. Sculpteur qui n’a pas la chance d’être reconnue – mais est-ce vraiment important pour elle ? – elle dévore la vie, les hommes, et s’obstine à attendre un horizon qui réalise entièrement ses désirs. 
La benjamine, Lise, la plus solitaire, la plus fragile aussi, cherche désespérément une rampe à laquelle s’accrocher pour sortir de sa mélancolie et croire encore aux promesses de la vie. 
Toutes les trois s’étaient éloignées de leur père, homme taciturne et froid. Sa mort les force à se pencher malgré elles sur leur héritage familial, à comprendre cet homme silencieux, ses choix, son histoire. Elles doivent alors repenser leur vie, leur relation, libres enfin de choisir et d’être ce qu’elles veulent vraiment. 

De Paris aux côtes bretonnes et méditerranéennes, une saga familiale vive aux multiples rebondissements.

kerymer cactus dans le placard

La lecture commence par la mort du père, 93 ans, homme solitaire, taciturne, indifférent à ses trois filles Marie, libraire,Anne artiste sculptrice et Lise. Elles se sont éloignées de lui. Mais quand chez le notaire se présente un quatrième héritier dont aucune ne soupçonnait l’existence, elles vont devoir malgré tout repenser leur relation et envisager cet homme sombre et violent comme un inconnu. Elles vont devoir revoir le passé de ce père, de ce qu’il a vécu, de ses ancêtres, pour pouvoir aller de l’avant. « Laisser les cactus dans le placard »,c’est ne pas sortir les affaires de familles au grand jour, enlever les épines du cactus une à une, pour que rien n’explose, de la psychologie et de la généalogie…..

Un livre attachant.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s