Repas de famille et généalogie.

Le repas de Pâques, réunion familiale par excellence est une occasion à ne pas manquer pour la généalogie. Je ne sous-entend pas parler de recherches déjà abouties ou en cours mais plutôt pour évoquer des sujets familiaux , pas ceux qui fâchent, mais ceux qui  réunissent, ceux qui font que nous sommes une famille.Je veux parler des souvenirs.
En fin de repas de préférence, quand les estomacs sont pleins, apaisés par la bonne chair et le vin, la conversation peux rouler sur les dimanches anciens , les métiers, les « tu te souviens », les souvenirs qui font pétiller le regard et sourire aux anges. Les plus jeunes écoutent, apprennent et comprennent leur propre famille, posent des questions, s’étonnent, les plus anciens racontent, mais pas que. Le généalogiste qui est en nous n’est jamais assoupi et veille. c’est le moment de lancer une idée, un sujet, comme une bouée à la mer.
Ce jour là, nous avons évoqué les fêtes pascales d’il y a 50, 100 ans, les dimanches à la campagne et  la cueillette des primevères. C’était les dimanches où Nelly recevait ses enfants, petits enfants à La Crèche (79). Nous en sommes venus allez donc savoir comment, à parler de baudet du Poitou, de la famille Proust.
Pour mieux expliquer les baudets, aux plus jeunes, je suis aller chercher un livre (excellent) de Éric Rousseaux « Le Baudet du Poitou, le trait poitevin mulassier et la mule poitevine  » bien documenté et bien illustré.
baudet poitou livre

Le baudet du Poitou, Eric Rousseaux

Celui-ci a circulé autour de la table suscitant diverses réflexions, .. …
-ah, tu te souviens….
-Je suis sure, Suzanne, la fille de Nelly, allait encore dans les années 1980 rendre visite à une personne de sa famille en Charente-Maritime, du coté de Royan. Elle avait un élevage de baudet…
-mais si, tu ne te souviens pas?
-mais son nom?!……
Il suffit qu’une personne s’empare du livre et dise;
– moi je vais trouver….
si cela ne marche pas à tous les coups,  ……Il arrive que….
le doigt pointé sur une photo du livre;
– c’est elle .
Je peux vous assurer que c’est un pur moment de joie généalogique, nous pressant tous autour du livre, ne pouvant nier l’évidence, elle ressemble trop à Suzanne Desage, c’est une Proust, forcement.
Elle s’appelait SUZANNE AUGER.
Mon lundi de Pâques a été bien employé, à faire son arbre généalogique. Je peux maintenant confirmer,
Suzanne Auger à une ascendance Proust.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s