Pierre Moreau, instituteur de la IIIème République.

En 1844, Louis Moreau (Sosa 36) ex-militaire revient au pays et épouse Marie Girard originaire d’Aiffres (79). Ils sont alors tous deux domestiques à Breloux (La Crèche 79). Lui a 33 ans et Marie 39 ans. Ils auront un seul enfant, Pierre  (Sosa 18) qui nait le 23 février 1845 à 11 heures dans la commune de Breloux. Louis Moreau ne signe pas.

Pierre passera son enfance à Breloux et suivra de très loin la guerre civile de 1848, la proclamation de la République, l’élection de Louis Napoléon. Il ira à l’école, et découvrira sa vocation, devenir instituteur.

Il n’a que 21 ans quand sa mère décède le 22 octobre 1866. L’histoire ne nous dit pas quand, ni comment  il rencontre Marie Suzanne Proust, la fille de Jacques le garde-étalon du Courteil, mais il l’épouse par un beau jour de septembre 1872 après avoir passé un contrat chez maître Joussaume à Celles-sur-Belle (79). Il y est instituteur , 27 ans, protestant, et vit avec son père Louis. Il sera le père de Nelly, Louise, Mina (Sosa 9) qui m’a inspiré ce blog et  qui naîtra le 5 janvier 1874 à Celles-sur-Belle où il est toujours instituteur.

pierre moreau bible0001

Pierre Moreau et Marie Proust, 1872 mariage.

 

en 1833 la loi Guizot sur l’instruction primaire prévoit;  l’ouverture obligatoire d’une école de garçons dans toute commune de plus de 500 habitants, l’ouverture d’une école normale d’instituteurs dans chaque département, la création des écoles primaires supérieures et l’obligation pour les instituteurs d’être titulaires du Brevet de capacité. C’est ainsi que Pierre Moreau a du commencer son exercice avant 1872, à Celles-sur-Belle, (79) dans le pays mellois, rue de la mairie.

Vers 1870, le matin à partir de 6 ans, les élèves se retrouvent sur la route de l’école communale, venant de Celles mais aussi des alentours Escoulois, Conzais, la Groie-l’Abbé. Ils apprennent à lire en commençant par les premiers  mots de l’alphabet âne, berger….L’hiver le nombre d’élèves dépassait la centaine. Les travaux des champs terminés, tous les jeunes jusqu’à 18 ans étaient acceptés à l’école. L’instituteur faisait alors appel à un aide pour s’occuper de ces élèves d’âges si différents. Les grands ne restaient pas longtemps tout au plus 3 mois et rarement après Pâques. Le maître pouvait alors s’occuper des enfants, les faire lire, leur apprendre le calcul, de petites leçons de choses, des récitations, ou encore  que la terre est ronde. Derrière le bureau du maître, un grand tableau noir où il trace en belles rondes les lettres de l’alphabet.. L’année se termine par la remise des prix, souvent des livres, les enfants iront alors selon leur âge aider leurs parents.

Pierre Moreau sera un  de ces instituteurs de la IIIème république.

En 1880,1881 et 1882 la loi FERRY bouleverse le système. l’école devient gratuite, laïque, puis obligatoire pour les enfants des deux sexes de 6 à 13 ans.   L’article 2 de la loi précise : « Les écoles primaires publiques vaqueront un jour par semaine, outre le dimanche, afin de permettre aux parents de faire donner, s’ils le désirent, à leurs enfants, l’instruction religieuse, en dehors des édifices scolaires ». Le jour vaqué est le jeudi. Pierre Moreau a alors 35 ans. Le programme évolue. Ils apprenaient aux enfants l’écriture, la lecture et le calcul, mais la morale le patriotisme et l’esprit civique sont  aussi au programme. Dans une lettre  du 27 novembre 1883  Jules Ferry s’adresse ainsi aux  instituteurs et institutrices.

Monsieur l’Instituteur,

L’année scolaire qui vient de s’ouvrir sera la seconde année d’application de la loi du 28 mars 1882. Je ne veux pas la laisser commencer sans vous adresser personnellement quelques recommandations qui sans doute ne vous paraîtront pas superflues, après la première expérience que vous venez de faire du régime nouveau. Des diverses obligations qu’il vous impose, celle assurément qui vous tient le plus au cœur, celle qui vous apporte le plus lourd surcroît de travail et de souci, c’est la mission qui vous est confiée de donner à vos élèves l’éducation morale et l’instruction civique : vous me saurez gré de répondre à vos préoccupations en essayant de bien fixer le caractère et l’objet de ce nouvel enseignement ; et, pour y mieux réussir, vous me permettrez de me mettre un instant à votre place, afin de vous montrer, par des exemples empruntés au détail même de vos fonctions, comment vous pourrez remplir, à cet égard, tout votre devoir, et rien que votre devoir.

Jules FERRY explique alors  que  l‘instruction religieuse appartient aux familles et à l’Église, l’instruction morale à l’école.

Les enfants ont en morale, un apprentissage à faire, absolument comme pour la lecture ou le calcul. L’enfant qui sait reconnaître et assembler des lettres ne sait pas encore lire ; celui qui sait les tracer l’une après l’autre ne sait pas écrire. Que manque-t-il à l’un ou à l’autre ? La pratique, l’habitude, la facilité, la rapidité et La sûreté de l’exécution. De même, l’enfant qui répète les premiers préceptes d’instinct ; alors seulement, la morale aura passé de son esprit dans son cœur, et elle passera delà dans sa vie ; il ne pourra plus la désapprendre. …
les instituteurs sont invités à » faire pénétrer profondément dans les générations l’enseignement pratique des bonnes règles et des bons sentiments. » L’école de la République est née, et Pierre Moreau a du s’adapter au changement.

En 1891 il est instituteur au Cerzeau par Azay-le-Brûlé (79) (recensement 1891, 1901), où il finira sa carrière.

pierre moreau bible0002

Pierre Moreau, notes.

 

Il prendra sa retraite à Breloux avec sa femme Marie Proust dans une petite maison rue de la gare (recensement 1906). Il décède en janvier 1915.

pierre moreau cimetiere0001

Pierre Moreau.

Sources;

AD 79; recensement Celles sur Belle et Azay-le-Brûlé, Breloux.

http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/enseignement-primaire/chronologie/

http://www.revue-pouvoirs.fr/La-lettre-de-Jules-Ferry-aux.html

 

Advertisements

Une réflexion sur “Pierre Moreau, instituteur de la IIIème République.

  1. Pingback: Comment Marie Madeleine INGRAND me fait-elle tourner en rond? | Nelly, ancêtre du Poitou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s